Interview de Lorenzo Fertitta UFC

UFC lorenzo fertitta au ministère des sports

Nous pouvons devenir plus grands que le football

Le patron de l’UFC Lorenzo Fertitta a récemment déclaré ses propos :

Nous pouvons devenir plus grand que le football

Pour rappel les frères Fertitta ont racheté la licence UFC pour un million de dollars en 2001 contre l’avis de leur père propriétaire de casinos à Las Vegas.

Lorenzo Fertitta est né et a grandit à Las Vegas, il a eu la chance de voir la fin de carrière de Mohammed Ali et Mike Tyson à son plus haut niveau.

A l’époque le MMA était assimilé à du combat sans règles d’une extrême violence.

Ils ont donc revu toutes les catégories, les interdictions et la limite de temps afin de prôner les valeurs morales positives d’un nouveau sport.

Aujourd’hui la licence vaut près de 3 milliards de dollars, c’est donc clairement une réussite pour les frères Fertitta et Dana White qui ont développé l’UFC, devenu la plus grande organisation de MMA au monde, regardé partout à travers la planète.

L’UFC est présent dans 148 pays et diffusé à la télévision devant presque 1 milliards de foyer.

Notons que l’UFC est le sport numéro 2 au Canada après le hockey et au Brésil après le foot.

UFC Lorenzo Fertitta

Lorenzo Fertitta et Ronda Rousey

Aux Etats-Unis le MMA est le sport numéro 4.

Lorenzo travaille actuellement avec le ministre des Sports afin de légaliser au plus vite la pratique du Mixed Martial Arts en France.

Il espère autoriser l’UFC en France l’année prochaine ou dans deux ans car l’UFC connait une grande popularité au sein de l’hexagone.

Dans les ventes de pay-per-view, la France est toujours dans le top 5 au monde.

En savoir plus sur http://television.telerama.fr/television/nous-pouvons-devenir-plus-grands-que-le-football-lorenzo-ferttita-patron-de-l-ultimate-fighting-championship,111847.php#exFY2muoFOiuWQgU.99

Autres articles de MMA :


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à  venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.