Lorenzo Fertitta sur le MMA en France

légaliser MMA en France

Lorenzo Fertitta attend le feu vert de David Douillet pour légaliser le MMA en France

Comme vous le savez le MMA n’est pas reconnu en France, je vous invite à lire cet article sur la reconnaissance du MMA en France. Pourtant l’UFC est arrivé en Europe et sera en Suède à l’occasion du UFC on Fuel TV 2 que nous retransmettrons en direct sur mmafightsport.com comme à notre habitude. L’UFC s’est également déplacé en Allemagne et Angleterre à plusieurs reprises. La prochaine destination de l’Utimate Fighting Championship en Europe devrait être l’Italie. Le co-propriétaire de l’UFC, Lorenzo Fertitta s’est récemment exprimé sur mmafighting.com

J’ai déjà passé énormément de temps à travailler sur le marché français, » La France est une formidable opportunité

 Le Ministère des Sports est certainement positif. La question est un peu différente car ici, aux États-Unis, le gouvernement réglemente effectivement le sport et ils ont une entité qu’il réglemente. Dans beaucoup de ces autres pays, c’est différent. Ils sont plus en phase avec le style olympique de régulation des choses où vous avez une fédération.  « Donc, une fédération a été mis en place, c’est juste une question d’obtenir sa reconnaissance par le ministère des Sports, que nous avont rencontré, et ils ont été très positifs. David Douillet est un médaillé d’or ex-olympique en judo, il comprend donc le sport. Nous sommes enchanté à l’idée de manger des croissants devant l’UFC ! 

Jusqu’à présent, l’UFC a tenu 14 évènements en Europe: 11 au Royaume-Uni, deux en Allemagne et un en Irlande

Voici donc les propos du co-fondateur de la plus grande organisation de MMA au monde, la fédération CNMMA créée par Bertrand Amoussou doit être reconnu par l’actuel Ministre des Sports, David Douillet.

 

A vos commentaire sur une prochaine légalisation du MMA


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notifiez-moi des commentaires à  venir via email. Vous pouvez aussi vous abonner sans commenter.